Archives des anciennes publications en ligne

Retrouvez les anciens articles de la Gazette

Le col de la Schlucht, toute une histoire ...

Le Col de la Schlucht est un lieu stratégique, un belvédère, un terrain de jeux pour les sportifs, mais également un lieu chargé d’histoire.
Ce col fait communiquer les vallées Lorraines de la Meurthe et de la Vologne avec la vallée Alsacienne de la Fecht, un affluent de l’Ill. Gérardmer et Munster sont respectivement à 15 et 18 kilomètres de part et d’autre du col.
C’est un des points de passage de la route des Crêtes crée pendant la première Guerre Mondiale. Ainsi, on peut rester à proximité de la crête principale des Vosges sur une quinzaine de kilomètres vers le nord et sur une quarantaine de kilomètres vers le sud.
Le profil trop escarpé du versant Alsacien faisait, jadis, négliger ce passage au profit du Hohneck. Des aménagements effectués au 19éme siècle ont inversé la tendance. De 1871 à 1918, le col de la Schlucht fut un poste frontière stratégique entre la France et l’Allemagne.
En 1904, deux lignes de tramway électrique furent ouvertes, sur le parcours Gérardmer - Retournemer - la Schlucht - le Hohneck, en 1907 pour Munster - la Schlucht. Le tramway transportait les habitants de Munster au sommet du Hohneck en une heure. Si la seconde ligne a disparu suite à la guerre, la première fut exploitée jusqu’en 1939, malgré une collision dramatique au Hohneck le 14 juillet 1923 qui fit 4 morts et 19 blessés. La concurrence des lignes de bus acheva son histoire au grand regret des résidants des deux vallées.
Le Col de la Schlucht proposa des compétitions mythiques de ski dès 1905 et fut à nouveau pionnière, en accueillant en 1950 le premier téléski-domaine skiable de la Schlucht.
Le Tour de France y est passé par neuf reprises de 1931 à 2009 et en faisait une étape de moyenne montagne très appréciée des coureurs. Aujourd’hui, elle accueille les randonneurs et touristes pour admirer le panorama exceptionnel qu’offre Le Hohneck avec sa vue sur l’Alsace, les Hautes-Vosges et même, par beau temps, les Alpes.